À travers le médium de la peinture, je représente des espaces intérieurs vides. Entremêlant fragments architecturaux et formes géométriques, je questionne l’espace et sa dimension temporelle. Je m’inspire de souvenirs, de lectures, de films, d’endroits et d’objets de mon quotidien, pour ensuite composer des scènes propres à mon imaginaire.

 J’élabore une peinture à la fois figurative et conceptuelle à travers des compositions spatiales étranges.  Ainsi, je représente des non-lieux, des espaces mentaux, qui oscillent entre réel et imaginaire, entre figuration et abstraction.

Je construis peu à peu mon propre univers, étrangement vide, où le silence règne, à la fois apaisant et mystérieux.

À l’image des Hétérotopies de Michel Foucault, les espaces que j’invente, semblent obéir à des règles différentes. 

De plus, au sein de ces mises en scène, existe une rupture avec le temps réel. En effet, une certaine attente émane de mes peintures, comme si ces lieux étaient figés dans une temporalité flottante et incertaine. Ce sont des espaces interstitiels entre le passé et le présent, entre la fiction et la réalité.

Les espaces que j’invente sont signifiants pour une cérémonie ou le déroulement d’une pièce de théâtre. Il y a, en effet, un fort rapport à la théâtralité doté d’une dimension spirituelle.

Le travail de composition des formes et des couleurs est essentiel dans mes peintures. Je n’hésite pas à retirer, ajouter, transformer et manipuler les éléments, abstraits ou figuratifs, tout au long de mon processus créatif, pour obtenir une composition qui fonctionne. Ainsi, je souhaite sortir de la représentation du réel pour construire ces lieux hybrides.

Mon processus de création est un aller et venu entre l’espace figuratif et l’espace géométrique et abstrait de la composition.

© 2019 Mathilde Lestiboudois

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now